Saint Martin est considéré comme le protecteur des mendiants, de l’armée et de l’infanterie. Saint Martin de Tours est vénéré comme un saint dans l’Église copte, orthodoxe et catholique, Martin de Tours est né en 316 ou 317 sur le territoire correspondant à la Hongrie actuelle. Les informations sur sa vie remontent aux écrits des disciples Venanzio Fortunato et Sulpicio Severo.

Vie et histoire de Saint Martin de Tours

Son père, un officier de l’armée, l’appelle Martin en l’honneur du dieu de la guerre, Mars. A Pavie, où il a passé son enfance, le jeune homme se rapproche du christianisme. À l’âge de quinze ans, il est lui aussi contraint de s’engager dans l’armée, en tant que fils d’officier. Il quitte alors sa famille et rejoint la Gaule.

C’est au cours de son expérience de soldat que Martino a été frappé par une vision qui a changé sa vie au plus profond de lui.

Près de la ville d’Amiens, le soldat rencontre un pauvre mendiant couvert de haillons. Désolé pour l’état de l’homme, il coupe le manteau en deux et partage la moitié avec lui. Pendant la nuit, Jésus apparaît en rêve à Martin et lui rend la moitié du manteau qu’il a donné au mendiant. Jésus dit aux anges qui sont avec lui : “C’est Martin, le soldat qui m’a vêtu”. Lorsqu’il se réveille, Martin remarque que le manteau est parfaitement intact. La vision et le miracle du manteau ont incité Martin, qui était déjà catéchumène, à se baptiser et à devenir chrétien.

Après avoir quitté l’armée, il s’est engagé à combattre l’hérésie aryenne et pour cette raison a subi une humiliation et a été expulsé de France et de la ville de Milan. Il s’est échappé sur l’île de Gallinara, près de Savone, et a passé une longue période de solitude avant de devenir moine. En 371, Martin est nommé évêque de Tours, une petite ville de France, et à partir de ce moment, il commence sa mission de “pasteur” pour évangéliser les personnes les plus humbles, en particulier les agriculteurs vivant dans les campagnes.

Dans la ville française de Tours, Martin a également fondé un monastère, appelé “Marmoutier”. Martin est mort à Candes-Saint-Martin le 8 novembre 397. L’Église catholique célèbre ce saint le 11 novembre, jour où il a été enterré. À Tours, il y a une belle basilique en son honneur, qui attire des pèlerins du monde entier.

Traditions

Dans les villages autrichiens et en Allemagne, le jour de la Saint-Martin, le 11 novembre, est organisée la traditionnelle “procession aux lanternes”, à laquelle participent notamment les enfants avec des hymnes et des chants dédiés au Saint. En Italie, en revanche, de nombreux pays célèbrent des fêtes populaires dédiées à la Saint-Martin, auxquelles la tradition associe un aspect météorologique de la période, l’été de la Saint-Martin, qui se déroule dans les premiers jours de novembre.

Dans la région de Venise, il est de coutume de préparer pour la Saint-Martin un gâteau en pâte brisée typique qui représente le Saint sur son cheval, décoré d’un glaçage au sucre et recouvert de bonbons et de dragées. Dans d’autres régions de notre pays, notamment les plus agricoles, la date du 11 novembre est associée à la maturation du vin nouveau, c’est donc l’occasion de déguster un bon vin accompagné de châtaignes grillées.

La fête de la Saint-Martin est très populaire dans la tradition populaire, alors que du point de vue religieux, elle n’a lieu que dans les lieux où elle est patron.