Les scientifiques de l’Institut de chimie Max Planck de Mayence ont calculé d’après durée de vie passée de tous les réacteurs nucléaires civils dans le monde et d’après les effondrements survenus, que de tels événements pourraient se produire dans la centrale actuelle tous les 10 à 20 ans et pourraient donc être 200 fois plus fréquents que dans la situation actuelle. Passé enrichissant.

Les chercheurs ont également découvert que la moitié du césium-137 radioactif pourrait être transportée sur plus de 1 000 kilomètres dans un accident d’une telle gravité. Les résultats montrent que l’Europe de l’Ouest, y compris l’Allemagne, sera probablement chargée de plus de 40 kilobecquerels de césium-137 radioactif par mètre carré dans une cinquantaine d’années environ. Pour cette dernière, selon l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), une zone serait considérée comme étant contaminée suivant sa radioactivité. Sur la base de leurs résultats, les chercheurs exigent une analyse approfondie et une réévaluation des risques liés aux centrales nucléaires.

La catastrophe du réacteur de Fukushima a suscité des doutes quant à l’énergie nucléaire dans le monde et a entraîné la suppression progressive de l’énergie nucléaire en Allemagne. Une étude menée par des chercheurs sous la direction de Jos Lelieveld, Directeur de l’Institut de Chimie Max Planck de Mayence, confirme que le risque d’une telle catastrophe est plus élevé que prévu : « Après Fukushima, je me suis demandé quelle était la probabilité d’une telle catastrophe, qu’un tel accident se reproduise et si nous pouvions calculer la propagation de la radioactivité avec nos modèles atmosphériques. » Selon les résultats de ces études, l’un des réacteurs actuellement en exploitation s’effondrera dans 10 à 20 ans. Actuellement, 440 réacteurs nucléaires sont en exploitation dans le monde et 60 autres sont en préparation.

Afin de déterminer la probabilité d’une fusion du cœur, les chercheurs ont amené Mayence à un calcul simple : ils ont divisé la maturité de tous les réacteurs nucléaires du monde en mettant en service le premier réacteur civil à ce jour en fonction par le nombre des accidents précédents. Les réacteurs ont une durée de vie de 14 500 ans ; le nombre de fonderies est de quatre : un à Tchernobyl et trois à Fukushima. Par conséquent, le pire des scénarios, suivant l’Échelle internationale des événements nucléaires (INES), devrait se produire dans 3 625 années-réacteurs. Même si ce résultat est arrondi à la GAU pour 5 000 années-réacteurs, afin d’estimer prudemment le risque.

Un quart des particules radioactives sont transportées sur plus de 2 000 kilomètres

Pour leurs recherches, les chercheurs de Mayence n’ont pas distingué l’âge d’un réacteur nucléaire, son type ou son emplacement dans une zone à risque sismique. Ils ont donc tenu compte du fait qu’une fusion pourrait également avoir lieu dans un réacteur supposé sûr, d’autant plus que toutes les causes possibles d’un tel accident mortel ne sont pas prévisibles. Après tout, même la catastrophe du réacteur au Japon n’avait pas semblé impossible.

À présent, les chercheurs ont déterminé la répartition géographique des gaz et des particules radioactifs autour d’un sinistre potentiel à l’aide d’un modèle informatique qui décrit l’atmosphère terrestre. Le modèle de chimie atmosphérique calcule les paramètres météorologiques ainsi que les réactions chimiques dans l’atmosphère. Par exemple, le modèle peut être utilisé pour calculer la distribution globale de gaz à l’état de traces et, par conséquent, prédire la distribution de gaz et de particules radioactifs. Afin d’approcher la contamination radioactive, les chercheurs ont calculé comment les particules radioactives de césium 137 (137 Cs) se propagent dans l’atmosphère et en quelles quantités elles atteignent le sol par les précipitations. Le 137ème isotope Cs est un produit de désintégration de la fission nucléaire de l’uranium, il a une demi-vie de 30 ans et a été formé après les accidents de Tchernobyl et de Fukushima dans une large mesure par contamination radioactive.

La simulation des chercheurs de Mayence a montré qu’en moyenne, seulement 8% des émissions de 137Cs dans un rayon de 50 kilomètres autour d’une centrale nucléaire accidentelle échouent. Environ 50% des particules seraient déposées dans un rayon de 1 000 kilomètres et environ 25% seraient transportées sur plus de 2 000 kilomètres. Ces résultats montrent que les accidents de réacteurs peuvent entraîner une contamination radioactive bien au-delà des frontières des États.

L’Europe occidentale présente le plus grand risque de contamination radioactive au monde

Les chercheurs ont combiné les résultats des calculs de transport avec la probabilité de fusion calculée et la densité réelle du réacteur à l’échelle mondiale afin de déterminer la fréquence de la contamination radioactive. Selon la définition de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), une zone de plus de 40 kilobecquerels de radioactivité par mètre carré est considérée étant contaminée. A titre de comparaison : après l’accident de Tchernobyl, les retombées radioactives du césium 137 ont contaminé le sol en Allemagne avec jusqu’à 40 kilobecquerels par mètre carré.

Selon l’équipe de Mayence, en Europe de l’Ouest, où la densité des réacteurs est très élevée, une infection de plus de 40 kilobecquerels par mètre carré menace en moyenne une fois tous les 50 ans. En comparaison, les habitants du sud-ouest de l’Allemagne sont les plus exposés au risque de contamination radioactive en raison des nombreuses centrales nucléaires aux frontières qui l’entourent notamment avec la France, la Belgique et l’Allemagne.

En Europe de l’Ouest, une seule fusion affecterait en moyenne 28 millions de personnes par une contamination de plus de 40 kilobecquerels par mètre carré. Ce chiffre est encore plus élevé en Asie du Sud. Un accident nucléaire majeur toucherait environ 34 millions de personnes, dont 14 à 21 millions dans l’est des États-Unis et en Asie de l’Est.

« La retrait de l’Allemagne de l’énergie nucléaire réduit le risque national de contamination radioactive. Le danger serait bien moindre, même si les voisins de l’Allemagne fermaient leurs réacteurs », résume Jos Lelieveld. « Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas seulement d’une analyse approfondie et accessible au public des risques réels des centrales nucléaires. À la lumière de nos conclusions, je pense qu’une élimination coordonnée au niveau international de l’énergie nucléaire devrait également être envisagée”, a ajouté le spécialiste de la chimie atmosphérique.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur ce sujet sur : www.xn--nuclaire-e1a.fr/.