Aucune banque ne prendra le risque de prêter de l’argent aveuglement. Ainsi, si on sollicite un prêt immobilier, il faut savoir négocier son crédit et ne pas hésiter à effectuer des simulations pour obtenir le type de prêt de son choix et un taux favorable avec un frais de dossier négociable. 

A quoi consiste la simulation de crédit ?

Faire une simulation de crédit consiste à préparer son emprunt pour son projet immobilier. C’est une étape cruciale, grâce à laquelle vous étudiez à l’avance et dans les moindres détails tous les éléments de votre emprunt, bref, votre capacité d’emprunt. Plusieurs points sont à soulevés dans ce cas : futures mensualités, future durée d’emprunt, répartition du prêt, le type de prêt à adopter (prêt in fine ou prêt amortissable), le droit au Prêt à Taux Zéro, situation d’endettement, frais de notaires. A côté de cela, il faut certaines informations pour pouvoir établir la simulation qui correspond à votre situation: vos revenus, vos charges et vos projets. La simulation de crédit vous permettra ainsi de préparer au mieux votre projet.

Un crédit bien simulé permet de réussir la négociation de son prêt immobilier

Négocier son crédit signifie débattre pour obtenir le meilleur taux de crédit pour son projet et ainsi obtenir le montant de l’emprunt sollicité. Pour bien négocier, il faut savoir bien simuler son crédit en ayant toutes les clés en main pour cibler votre recherche de bien, indiquer dans votre compromis de vente les conditions de prêt que vous souhaitez, ou faire votre demande de prêt immobilier. Vous obtiendrez ainsi les meilleures conditions et le meilleur taux immobilier possible adaptés à votre projet.

Ce que crédit bien simulé signifie

Un crédit bien simulé démontre à la banque emprunteur, que vous êtes en sécurité financièrement et que vous êtes apte à rembourser le prêt qu’elle vous allouera suivant ses conditions. La banque va pour cela se pencher sur différents facteurs : votre taux d’endettement ou rapport de vos charges financières mensuels et revenus, qui doit être faible ; votre « reste à vivre » qui doit être de 400 € minimum après le remboursement du crédit ; votre capacité à gérer vos comptes, autrement dit que vous êtes raisonnable; vous pouvez même avoir un bonus en ayant un apport personnel (héritage, aide, etc…) ; Et enfin, votre profil qui doit séduire la banque.